l'empire fleuri

23 juin 2017

volume (1) chapitre (4) page (33)

-7000 av. J.Cl’apparition des premiers bonsaïs

Les premiers bonsaïs étaient des arbres miniaturisés par des conditions climatiques ou géographiques, d’une manière naturelle.

Les Chinois les prélevaient dans la nature et les replantaient dans un pot.
-7000 av. J.C Ledébut des principes du feng shui qui signifie (vent et eau) la circulation des énergies.

-6500 av. J.C Le début de la culture du riz en Chine, cette culture se développe parallèlement dans plusieurs pays d’Asie.

Tout d’abord, les agriculteurs itinérants défrichent par des incendies de forêts et migrent quand la terre devient stérile, peu à peu, des communautés agricoles se sédentarisent.

La terre commence à être cultivée en Chine dès le début du néolithique, le tissage du chanvre pour en faire des vêtements et cordage, la sériciculture est déjà connue, le porc et le chien, sont domestiqués.

Les origines de la civilisation chinoise sont liées à l’environnement.

La ceinture tempérée au nord de la Chine près du fleuve Jaune : culture du millet, du chanvre, des fruitiers et pâturages.

La ceinture sud de la Chine près du Yang Tseu Kiang : culture du riz, haricots, lotus, bambous, poissons, tortues.

Le littoral sud écosystème tropical : zones de pêches côtières : poisson, coquillage, crabe.

Posté par Mr-He à 16:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 juin 2017

volume (1) chapitre (4) page (32)

En Chine, c’est les codex, le mot codex est lié à cet usage, il désigne à l'origine des bandes inscrites de bambou tenues ensemble, par des fils de soie, la lecture se fait de la droite vers la gauche.

-1600 av. J.C Sigillaires est le plus ancien des styles encore utilisés en calligraphie de nos jours.

-200 av. J.C  Modernes  pour finir avec les caractères simplifiés, de nos jours.

C’est un cas unique au monde, à notre époque, beaucoup de gens sont encore capables de lire l’écriture de l’antiquité Chinoise, ce qui est loin d’être le cas des deux autres écritures citées plus avant.

-7000 av. J.C  à l'âge du néolithique, les ancêtres chinois maîtrisèrent différentes techniques de poterie.

Les ancêtres chinois ont légué à la postérité de riches expériences en matière de céramique.

Poterie rouge : culture de la région de Yangshao   -7000 av. J.C

Poterie noire : culture de la région de Longshan    -3000 av. J.C

Parmi les poteries peintes exhumées et qui furent fabriquées à l'âge du néolithique, on peut trouver des bols, des pots, des vases, des plats à pied unique, des trépieds et des récipients à trois pieds creux.

Posté par Mr-He à 09:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 juin 2017

volume (1) chapitre (4) page (31)

Dans cette partie du détroit de Béring, d'après la situation géographique des îles Diomède au centre du détroit, il n'y a qu'une vingtaine de kilomètres tout au plus entre les deux terres.

Il y a de fortes chances que ces gens l'aient traversé sur la banquise pour aller de l’ancien au nouveau monde.

Donc, seulement trois ou quatre jours de marche ont été nécessaires pour faire le voyage, une étude de l’ADN est en cours pour vérifier cette thèse.

Le peuple hezhe, qui est aussi un peuple inuit, lui se sert de l’écorce du bouleau, pour en faire des vêtements et une série d’accessoire.

Il y a trois types d’écritures chinoises

-8000 av. J.C Archaïques

Les plus anciennes traces ont été découvertes sur des os et sur des écailles de tortue, gravées à la pointe.

Ces inscriptions concernent des oracles et témoignent de la relation fondamentale entre la divination et la naissance de l’écriture chinoise.

Le devin apposait des tisons incandescents sur une carapace de tortue, puis interprétait les craquelures produites par la chaleur, il consignait ensuite le résultat de sa divination sur la carapace, à proximité des craquelures, chacun de ces signes graphiques traduit un symbole spécifique, relié à la mémoire cosmique.

Posté par Mr-He à 08:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 juin 2017

volume (1) chapitre (4) page (30)

-11000 av. J.CDes boissons fermentées, dont du vin, étaient fabriqués en Chine, des jarres de terre cuite découvertes dans le village néolithique de Jiahu dans le nord du pays.

Les civilisations néolithiques, marquées par la culture des céréales, la domestication des animaux et l'utilisation de la poterie, apparaissent en Chine vers -8000 av. J.C, favorisées par un climat devenu plus chaud et humide.

Cette transition vers la sédentarisation survient non seulement, comme on l'a longtemps cru, dans une partie de la plaine de la Chine septentrionale mais aussi, indépendamment, dans plusieurs régions séparées.

Les migrations des peuples :

-8000 av. J.C Dans la région du Heilongjiang 黑龙江, avec les minorité (elunchun) et (hezhe) toutes deux issues du peuple inuit chinois.

Le Heilongjiang se trouve au Nord de la Manchourie, au Nord, le fleuve Amour marque la frontière avec la Russie, cette province contient le point le plus au nord de la Chine, le Heilongjiang est la province la plus froide de Chine, très souvent une température proche de -50°.

Le peuple elunchun possède une histoire, qui remonte à -8000 av. J.C. et durant les -6 000 ans qui ont suivi, au moment où le détroit de Béring était envahi par la banquise, des petits groupes de chasseurs arrivent au nouveau monde l'Alaska.

Posté par Mr-He à 09:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 juin 2017

volume (1) chapitre (4) page (29)

Chapitre IV

Ce qui renforce de façon décisive l'hypothèse que les hommes du Paléolithique Supérieur qui résidaient dans l'actuelle Chine étaient déjà dotés de facultés cognitives avancées, avec la faculté de recourir à l'abstraction et à la symbolisation.

Donc il y a -30000 ans, l’homme est passé de homo érectus (homme debout) à homo habilis (homme habile).

On peux dire sans se tromper, que c’est la première trace connue a ce jour en Chine, de ce qui allait être l’écriture chinoise.

Cette découverte est une véritable révolution de la connaissance de l’humanité, car la première trace de l’écriture humaine fait un grand bond en arrière, ce n’est plus l’écriture sumérienne, cette ébauche d’écriture serait plus vielle de -25000 ans.

-23000 av. J.C Grâce à une recherche archéologique intensive, nous avons d’une image assez fidèle de l’architecture chinoise et de l’urbanisme des périodes ultérieures, les informations que nous avons proviennent essentiellement des vestiges architecturaux souterrains.

-20000 av. J.C   la suite logique de cette évolution, c’est le début de la sédentarisation, pour les commodités de la vie, l’homme chercha, par tâtonnements, à façonner des ustensiles en terre argileuse, connus plus tard sous le nom de céramiques.

La découverte de fragment de poterie dans la grotte de Xian ren dong est située à un peu plus de 100 km au sud de la rivière Yangtze.

Posté par Mr-He à 09:02 - Commentaires [1] - Permalien [#]

18 juin 2017

volume (1) chapitre (3) page (28)

-30 000 ans l’ébauche de l’écriture chinoise.

Les scientifiques chinois de l’antiquité doivent sans cesse revoir leurs points de vues.

Au début ils avait classé comme les plus anciennes écritures, le latin et le grec, ensuite avec Champollion, ils ont du revoir leurs points de vues, c’est les hiéroglyphes qui prirent la tête, Hiéroglyphe nous vient du grec (hierogluphikos) c'est-à-dire (paroles sacrées).

Nouvelle révision c’est l’écriture sumérienne datée de -5000 av. J.C, avec l’écriture cunéiforme.

Le système rudimentaire des pictogrammes a évolué progressivement pour aboutir à l’écriture dite cunéiforme (en forme de coin).

Les caractères sont inscrits sur des tablettes d’argile à l’aide d’un poinçon en forme de coin, d’où son nom.

En évoluant du signe image au signe son, l’écriture permet sur un support transportable, l’enregistrement de contrats, de textes littéraires ou religieux, d’archive.

Les premier pas de culture, en analysant des outils de pierre, découverts en 1980 sur le site paléolithique de Shui dong gou, situé au nord-ouest de la Chine, les savants chinois ont eu la surprise de découvrir que l'une des pierres taillées présentait de minuscules incisions, tracées avec une étonnante régularité.

Des gravures qui, après analyse de ces chercheurs, semblent bel et bien avoir été intentionnellement créées par l'homme, il y a 30000 ans environ.

Cette découverte est un évènement pour les paléoanthropologues chinois, c’est la première fois qu'une pierre intentionnellement gravée par l'homme et datant du Paléolithique est retrouvée en Chine.

Posté par Mr-He à 08:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 juin 2017

volume (1) chapitre (3) page (27)

Il est possible d’avancer que le rythme commun dans l’alimentation favorise en premier lieu une certaine intégration du groupe ainsi qu’une communication entre ses membres.

Le feu est ainsi à l’origine de la veillée, de la réunion d’un groupe après une journée d’activité, outre la cuisson d’un repas le feu avait aussi l’utilité de l’éclairage dans les grottes que l’homme habitait.

Moment privilégié pour communiquer, pour échanger au moyen du langage articulé qui est aussi propre à l’homme.

Certains ont ainsi vu dans ces veillées le début du récit, de l’histoire, du mythe que les anciens transmettront aux jeunes.

C’est autour de lui que commence sans doute à établir les premiers rituels, à commenter les qualités bénéfiques et maléfiques du feu.

Le Néolithique chinois :

Les grandes étapes sont :

L’âge de la Pierre Taillée (Paléolithique)

L’âge de la Pierre Polie (Néolithique)

L’âge du Cuivre

L’âge du Bronze

L’âge du Fer. 

Posté par Mr-He à 08:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 juin 2017

volume (1) chapitre (3) page (26)

Le principe :

Une particule de marcassite arrachée par le choc du silex brûle et tombe sur un produit inflammable, un coquillage garni d'amadou qui va recueillir les étincelles produites.

La marcassite est composée  de sulfure de fer et comme un atome de fer préfère former des oxydes que des sulfures, l'oxygène présent dans l'air va pouvoir remplacer le soufre si la température atteinte lors du frottement est suffisante.

La formation d'oxyde de fer à partir de sulfure de fer dégage suffisamment d'énergie pour amener le cristal à incandescence.

Il s'agit toujours de nodules de marcassite associés à des lames briquets en silex, l'invention de ce procédé paraît, a priori, plus facile que celle du procédé par friction (étincelles produites fortuitement lors de la taille du silex par un percuteur de marcassite).

Le feu a permis de travailler certaines matières premières telles que durcir le bois végétal, le bois de cervidé, les os et l'ivoire.

Il est également intervenu dans le travail de la pierre, éclatement de la pierre par le feu.

Si l’on admet la cuisson comme un avantage essentiel de la maîtrise du feu, il s’ensuit une conséquence importante, outre la diversification alimentaire, c’est la prise des repas en commun.

Posté par Mr-He à 09:07 - Commentaires [2] - Permalien [#]
15 juin 2017

volume (1) chapitre (3) page (25)

Beijing utilisation du feu par l'homme

Un environnement de feu, le sol et roches et graines brûlées des os y compris un crâne complet sont découverts sur le site, avec la découverte également de sites incendiés encerclés par des rochers et de la chaux, l'homme de Beijing maîtrisait l'utilisation du feu.

En Europe la datation des vestiges de la création du feu par l’homme, ne remonte pas à plus de -400000 ans, soit -380000 ans, aprèsl’homme  de Beijing.

En premier l’homme a probablement récupérer des tissons issu d’un incendie du à la foudre, ensuite il a essayer de reproduire le feu par d’autre moyens.

Soit en frottant deux morceaux de bois, soit par percussion de pierre.

Ainsi les hommes préhistoriques ont découvert une méthode plus aisée à mettre en oeuvre que la simple friction pour produire le feu, le briquet à percussion.

Contrairement à une fausse idée reçue, il ne faut pas frappé deux silex pour faire du feu, car cela ne donne une étincelle froide, tandis que la marcassite percutée par un silex, donne une étincelle chaude.

Posté par Mr-He à 08:07 - Commentaires [1] - Permalien [#]
14 juin 2017

volume (1) chapitre (3) page (24)

L'homme de Lantian remonte à 1200000 ans, il est l'Homo erectus le plus ancien actuellement connu en Asie du Nord, c’est la nouvelle datation paléomagnétiques faite par une équipe de scientifique japonais.

L’homme de Beijing, n’est plus le plus vieux des hominidés retrouvés en Chine, avec cette découverte.

L’homme de Beijing (Sinanthropus pekinensis), un homo érectus (homme debout) a été retrouvé en 1929, dans la grotte de Zhoukoudian, grâce au travail de l'équipe de scientifiques de l’université de Nanjing.

Avec la nouvelle technique de datation des couches géologique, la nouvelle datation viens de faire un bond, elle se situe à -780000 ans.

Un fragment de crâne humain fossilisé vieux d’au moins -150000 ans, trouvé dans une grotte près de Maba, en Chine méridionale dans la province du Guangdong, on a constaté la présence d’une fracture, probablement consécutive à un coup porté à l’aide d’un outil de pierre, mais complètement guérie, la plus ancienne preuve de la violence entre humains.

Le site de Maba, est situé dans le Nord de la province du Guangdong, environs 400 km de Guangzhou (Canton).

Posté par Mr-He à 08:50 - Commentaires [1] - Permalien [#]